Le destin existe t-il ?
Bien-être,  Blog,  Général

Le destin existe t-il ?

C’est le destin ! Qui n’a jamais entendu cela ou n’y a jamais eu recours ? Cette phrase est bien courante et répandue dans la plupart des sociétés. Croire en son destin est bien connu depuis des siècles. Cela a permis à bon nombre d’individu à travers l’histoire de pouvoir croire en leur futur tout en relativisant sur leur présent. Un futur qui paraît incertain et un présent qui peut s’avérer difficile. Croire au destin c’est faire preuve de fatalisme face à ce qui arrive. Le fatalisme est-il la réponse immuable si on souhaite s’accomplir et devenir ce que l’on veut être ? Doit-on toujours mettre tout sur le coup du destin ? Le destin existe t-il vraiment ?

Qu’est-ce que le destin ?

Le destin est un concept qui date de la mythologie grecque. Ce terme était utilisé, et l’est encore, pour désigner l’histoire à venir d’un individu telle qu’il serait prédéfini par quelque chose comme étant supérieur aux hommes. Aussi, le destin renvoi à une conception selon laquelle nous serions déjà déterminés et que ce prédéterminisme serait immanent de l’univers lui-même. Nous serions alors sous le joug de notre destiné et quoi que l’on fasse, il s’agirait de notre destin en action. Il serait alors impossible d’échapper à son destin. Est-ce vraiment le cas ?

Le destin est comme une voie déjà tracée et que l’on ne peut que suivre jusqu’à la fin. Or, ce concept de destin ne prend pas en compte ce qui me semble important, c’est à dire la volonté même de chacun(e) d’entre nous et notre capacité de libre arbitre. Tel est le cas pour les sociétés basées sur le christianisme. En effet, dans la religion chrétienne et catholique, le destin n’existe pas, car chaque personne est considérée comme libre et responsable de ses propres actes. En revanche, dans d’autres cultures, cette conception de destin ne s’oppose pas à celui de libre arbitre. C’est le cas dans les cultures basées sur l’islam. Dans ce dernier, le destin est entrevu comme faisant partie du futur et le libre arbitre du présent.

La conception du destin varie donc d’une culture à l’autre, d’une religion à une autre et même d’un individu à un autre. Sa présence dans l’existence de chacun(e) est si forte qu’il en établit souvent les règles d’existences. Mais, le destin existe t-il vraiment ?

Sommes-nous des êtres destinés?

Nous naissons tous avec un capital qu’il soit génétique et culturel. C’est à partir de ce capital acquis que nous érigeons par la suite, à travers notre expérience de vie, ce que nous sommes et que nous serons. Par conséquent, nous sommes le fruit, en grande partie, de notre héritage. Ce tout, qui nous est légué, est le résultat de l’ensemble du vécu de nos ancêtres transmis de génération en génération. Un vécu qui prend en compte l’alimentation, la condition physique, les relations avec les autres et avec l’environnement. Est-ce donc notre héritage qui détermine notre vie ? Ou est-ce la vie que nous menons, jalonner d’expériences, qui détermine le chemin de notre existence ?

Abonnez-vous au blog pour recevoir les nouveaux articles et du contenu inédit.

En théorie, en faisant hommage à Jean-Paul Sartre, nous sommes ce que l’on a fait de nous, c’est-à-dire que l’on est le fruit d’une construction induite par les autres. On est par l’héritage familial qu’on a reçu et par la pression extérieure qui s’exerce sur nous. Dans cas de la pression extérieure induite, il s’agit principalement de ce à quoi nous assigne les autres par l’image qu’ils ont de nous.

On pourrait insinuer que, par notre orientation déjà déterminée par notre héritage génétique et culturel, nous avons une destinée. Ce don de base, qui n’est pas choisi, permet déjà d’orienter la voie de l’existence dans un sens déjà prédéfini. Par exemple, j’ai un père qui est doué en affaire et une mère qui excelle en art, alors il est très fort probable que la voie des affaires et/ou de l’art seront celles qui seront empruntées. Alors, si je suis élevé dans un milieu dans lequel je reçois une éducation particulière, je risque fortement, malgré moi, de choisir de mener une vie en conformité avec cette éducation. Une voie que l’on pense être celle qui nous est destiné. Ne pourrait-il en être autrement? Est-ce inéluctable ?

En ce qui concerne la pression des « autres » tout au long de notre vie, ils ont un impact important dans nos choix et nos prises de décision. En effet, les autres nous renvoi à une place qui, selon eux, nous est assignée. Tout dépend des référents qu’ils ont et qu’ils utilisent pour nous juger. Ainsi, en fonction de ce que pensent les autres de nous, on a beaucoup de chance de correspondre à leur attente.

Ce phénomène se constate par la sensation d’écart qu’il peut y avoir entre ce que vous pensez de vous et ce que les autres pensent de vous. Bien souvent, chez la plupart, il y a comme une soumission à la pensée de l’autre, car c’est bien connu, on veut être accepter et donc correspondre au critère d’acceptation des autres. En fonction des autres qui nous entoure, on pourrait dire que d’après leur critère de jugement, on est destiné à être non pas ce que l’on veut être, mais ce qu’ils attendent de nous que l’on soit.

Ainsi, en s’accordant à être ce que les autres veulent que l’on soit, on s’empêche de faire preuve de libre arbitre. Vivre une vie que d’autres ont tracés pour nous, en suivant une voie déjà définie, nous place irrémédiablement dans une forme de destiné de l’existence. On est destiné à devenir, car on s’empêche d’avoir ses propres choix construits en fonction de ses propres désirs.

Le hasard du destin ?

Il est difficile de parler de destin sans parler du hasard. En effet, le hasard s’oppose souvent au destin. Pour beaucoup, ce qui nous arrive est soit le fruit du hasard, soit le fruit du destin. Toutefois, le hasard et le destin ont en commun de laisser une certaine part d’incompréhension dans la survenue des phénomènes qui nous affect. Ça arrive et on ne sait pas pourquoi, donc il s’agit soit du hasard, soit du destin, soit des deux. Je dirais que le destin n’est pas un hasard, mais un des innombrables chemins de vie que l’on aurait pu prendre. Le hasard est utilisé, la plupart du temps, pour justifier un phénomène que l’on ne comprend pas ou que l’on ne veut pas comprendre. C’est face au manque d’argument, que l’on en vient généralement à affubler un phénomène nous arrivant comme étant le produit du hasard.

Je fais partie de ceux pour qui le hasard n’existe pas vraiment. Un hasard compris dans le sens où ce qui arrive n’a pas de cause particulière. En effet, il n’y a pas de hasard si vous connaissez les causes de tous les phénomènes qui vous arrive. Vous me direz sans doute « D’accord, mais qu’en est-il de ceux qui gagnent au Loto ? Si c’a c’est pas du hasard ! ». Je dirais que vous n’avez pas tort. Cependant, il s’agit simplement d’autre chose. Tout ce qui concerne le vivant, qui est tangible et qui dépend de loi de la nature, donc généralement des lois de la physique et des mathématiques, n’a pas de hasard. La nature est ainsi faite ! Il y a des causes et conséquences et rien arrive par hasard !

Dans le cas d’un gain au Loto, les règles et les lois qui la régisse ne sont pas dépendantes de la nature. Donc, le hasard peut exister dans ce cas précis. L’exemple du Loto, comme l’essentiel des jeux d’argent reposant sur des machines, est celui qui vient donc contredire mes propos. En fait, tout ce qui dépend d’une probabilité peut laisser place au hasard. Dans ce cas, on pourrait aussi dire que nous sommes le fruit du hasard, car à la naissance, nous sommes un(e) parmi tant d’autre possibilité d’être. Dans ces cas, parler de hasard peut être justifier. Alors, si gagner au Loto ou naître tel que l’on est, relève du hasard et qu’on envisage que cela était notre destin, alors le hasard du destin devient juste. Encore une fois, il y a des exceptions, mais le hasard n’est pas toujours la réponse à ce tout qui arrive. Il faut chercher à savoir la ou les causes de ce qui nous arrive, sans affubler systématiquement ce qui survient comme étant le fruit du hasard ou faisant partie de notre destiné.

Destin or not destin ?

On ne naît pas que pour être, mais on naît aussi et surtout pour devenir. Notre destin n’est pas assigné à notre naissance, bien que les armes qu’on nous fournit au début de la vie nous prédestine déjà à une voie. Si on reste enfermé dans les cases qui nous ont été imparties par l’environnement, la famille et la société, alors ont grandi pour être dans un schéma prédéfini. En revanche, si on fait phi de ces catégorisations, alors on peut devenir celui ou celle que l’on voudrait être, en fonction des talents que l’on dispose.

Des talents qui sont innés, mais qui peuvent être aussi appris à condition de faire preuve de volonté. Il faut savoir être ce que l’on veut être. Pour ce faire, je vous conseille de chercher à savoir quelles sont vos capacités innées à partir de l’observation de vos ancêtres (parents / grands-parents, …). Puis, prendre connaissance de votre particularité dans le contexte actuel de votre existence. Considérer l’époque dans laquelle vous vivez est très importante pour envisager comment vos capacités pourront être mises à contribution.

Si le destin est une direction à prendre, une destination à atteindre, qui est déjà établie, cela suppose avant tout une volonté d’y aller. Or, le destin ne dépend pas de la volonté. Si on est en mer et qu’on se laisse aller au gré des vents sans agir, alors on ira pas où on veut, mais bel et bien là où le vent nous mènera. Donc faire preuve de volonté rompt avec l’action potentielle du destin.

Pour ma part, le destin comme voie déjà tracée et comme destination déjà écrite n’a pas de fondement dès lors que l’on fait preuve de volonté, que l’on suit ses rêves et que l’on croit en ses capacités. Vous aurez déjà entendu des exemples tels que :  » Elle était destinée à être une grande chercheuse en biologie, mais elle a choisi d’être ébéniste « . C’est l’exemple typique d’une personne qui a choisi sa voie et ne s’est pas laissée guider sur un chemin qui lui était soi-disant destiné. On peut toujours défier le destin si celui-ci est envisagé comme une voie prédéterminée. Mais, si défier sa destinée n’était en fait que sa propre destinée ?

Pensez-vous que votre vie est orientée par votre destin? Si oui, croyez-vous en votre destin ?

Abonnez-vous au blog pour recevoir les nouveaux articles et du contenu inédit.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :